Publié dans Journal, L'aventure dans le grenier, Littérature

« TORRENTS » : Le livre mystère de chez Mémé

 

Lorsque j’étais plus jeune, j’étais déjà une grande amoureuse des livres. Mais voilà qu’un beau jour, en vacances chez ma grand-mère (Mémé <3), je n’avais plus la moindre lecture à me mettre sous la dent. Ayant le goût de l’aventure et du risque, je décidais donc d’aller explorer le grenier en quête de quelque denrée littéraire.

Voilà que dans le tiroir immense d’une tout aussi gigantesque armoire, je découvris de vieux bouquins poussiéreux aux pages jaunies et racornies. Parmi eux, il y en avait un qui n’avait plus sa couverture.

Ayant le goût de l’aventure et du risque (oui je vous l’ai déjà dit, mais j’aime à vous le rappeler), je décidais donc de me lancer dans la lecture de ce dernier, sans réellement en connaître le sujet. Seul le titre et l’auteur m’étaient connus : Torrents, de Marie Anne Desmarest.

Une histoire d’amour à l’eau de rose dans le Bush africain

Le gros du roman se déroule au début du XXe siècle, dans le bush africain. Pour ceux qui ignorent ce à quoi ressemble ce paysage, observez plutôt :

bush-1005924_960_720
Crédit photo : Tracy JaneShaw in Pixabay

Oui, chers amis lecteurs-visiteurs, l’exotisme est au rendez-vous ! Pour la jeune fille que j’étais, en vacances dans le Berry (qui selon un certain point de vue peut s’avérer aussi exotique qu’une lointaine contrée), voilà une belle occasion qui s’offrait à moins pour voyager dans le temps et l’espace !

C’est donc les pieds ancrés sur les terres de mes ancêtres berrichons que ma tête, elle, s’envola rejoindre le beau et charismatique docteur Jan Ivarsen et sa jeune et innocente femme, Ide dans une aventure amoureuse aussi passionnée que passionnante.

Voici le pitch  :

« Médecin épouserait fille de 20 à 25 ans, disposée à le suivre au Transvaal. Adresser propositions au journal. »
C’est ainsi que Jan et Ide se sont mariés.
Elle fuyant une mère odieuse, lui fuyant.. Son passé ? Quel passé ? Après des mois de vie commune dans un village de brousse, Ide l’ignore encore. A son amour fervent, Jan répond par une affection paisible, silencieuse.
Cependant, lors d’un voyage en Suède, Jan va faire connaître à Ide la maison de sa tante Brita – qui l’a élevé. Dans la calme demeure – seul, dévalant de roc en roc, le torrent gronde au loin -, surgit, inattendue, la fille de Brita : la très belle Sigrid.
Aussitôt entre elle et Jan revit, avec une force sauvage, un passé qui semble de haine autant que d’amour. Ide se sent menacée, au bord du gouffre…

Oui bon… je vous l’accorde ! Là, maintenant, tout de suite, à la lecture de ce résumé, on peut vite penser que ce roman ne casse pas trop pattes à un canard. Alors certes, Desmarest n’est pas Maupassant ni David Herbert Lawrence. MAIS… elle nous emmène tout de même loin Marie-Anne et avec talent dans ce qui fut un roman (puis une saga) à succès jadis (plus de 200 000 exemplaires écoulés !) !

Plus prenant que le téléfilm du dimanche après-midi

Pour vous dire à quel point j’ai été enthousiasmée par la lecture de ce roman, sachez que je me suis lancée dans la quête éperdue des tomes suivants alors qu’ils n’étaient plus édités depuis longue date. Près d’un an plus tard, je suis tombée par le plus grand des hasards sur la suite, au milieu d’une centaine de livres, dans un emmaus avant de découvrir un autre tome encore sur une brocante.

0203134_1
Edition de 1946, celle lue chez ma Mémé

Parce que, oui, Torrents, c’est chouette et surtout… ça marche ! Marie-Anne Desmarest nous tient en haleine et nous fait vivre une passion amoureuse (et haineuse) avec beaucoup de talent. Le style est peut-être un peu désuet (la première publication date des années 1930), pour autant, on se laisse séduire et embarquer dans cette aventure amoureuse dans le bush d’Afrique.

Je suis d’ailleurs, pour tout vous dire, très étonnée qu’il n’y ait jamais eu d’adaptation pour la télévision et que cette saga soit tombée dans l’oubli malgré sous succès lors des premières publications (la saga se compose tout de même d’une dizaine de romans…).

M’enfin ! Plutôt que de regarder passivement pléthore de téléfilms niais les dimanches pluvieux, lisez donc Torrents ! Le plaisir sera au rendez-vous !


Retrouvez d’autres critiques sur Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Pour en savoir plus sur les publications de Marie Anne Desmarest : Wikipédia (pas trouvé mieux…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s